Test
Download document

ARTAUD, Antonin


Extase

Argentin brasier, braise creusée

Avec la musique de son intime force

Braise évidée, délivrée, écorce

Occupée à livrer ses mondes.

Recherche épuisante du moi

Pénétration qui se dépasse

Ah! joindre le bûcher de glace

Avec l'esprit qui le pensa.

La vieille poursuite insondable

En jouissance s'extravase

Sensualités sensibles, extase

Aux cristaux chantants véritables.

Ô musique d'encre, musique

Musique des charbons enterrés

Douce, pesante qui nous délivre

Avec ses phosphores secrets.


Le navire mystique

Il se sera perdu le navire archaïque

Aux mers où baigneront mes rêves éperdus,

Et ses immenses mâts se seront confondus

Dans les brouillards d’un ciel de Bible et de Cantiques.

Et ce ne sera pas la Grecque bucolique

Qui doucement jouera parmi les arbres nus ;

Et le Navire Saint n’aura jamais vendu

La très rare denrée aux pays exotiques.

Il ne sait pas les feux des havres de la terre,

Il ne connaît que Dieu, et sans fin, solitaire

Il sépare les flots glorieux de l’Infini.

Le bout de son beaupré plonge dans le mystère ;

Aux pointes de ses mâts tremble toutes les nuits

L’Argent mystique et pur de l’étoile polaire.


Amour

Et l’amour ? Il faut nous laver

De cette crasse héréditaire

Où notre vermine stellaire

Continue à se prélasser

L’orgue, l’orgue qui moud le vent

Le ressac de la mer furieuse

Sont comme la mélodie creuse

De ce rêve déconcertant

D’Elle, de nous, ou de cette âme

Que nous assîmes au banquet

Dites-nous quel est le trompé

O inspirateur des infâmes

Celle qui couche dans mon lit

Et partage l’air de ma chambre

Peut jouer aux dés sur la table

Le ciel même de mon esprit


L'amour sans trêve

Ce triangle d’eau qui a soif

cette route sans écriture

Madame, et le signe de vos mâtures

sur cette mer où je me noie

Les messages de vos cheveux

le coup de fusil de vos lèvres

cet orage qui m’enlève

dans le sillage de vos yeux.

Cette ombre enfin, sur le rivage

où la vie fait trêve, et le vent,

et l’horrible piétinement

de la foule sur mon passage.

Quand je lève les yeux vers vous

on dirait que le monde tremble,

et les feux de l’amour ressemblent

aux caresses de votre époux.


La rue

La rue sexuelle s’anime

le long de faces mal venues,

les cafés pepiant de crimes

deracinent les avenues.

Des mains de sexe brûlent les poches

et les ventres bouent par-dessous;

toutes les pensees s’entrechoquent,

et les tetes moins que les trous.


Poète noir

Poète noir, un sein de pucelle

te hante,

poète aigri, la vie bout

et la ville brûle,

et le ciel se résorbe en pluie,

ta plume gratte au coeur de la vie.

Forêt, forêt, des yeux fourmillent

sur les pignons multipliés ;

cheveux d’orage, les poètes

enfourchent des chevaux, des chiens.

Les yeux ragent, les langues tournent

le ciel afflue dans les narines

comme un lait nourricier et bleu ;

je suis suspendu à vos bouches

femmes, coeurs de vinaigre durs.


Prière

Ah donne-nous des crânes de braises

Des crânes brûlés aux foudres du ciel

Des crânes lucides, des crânes réels

Et traversés de ta présence

Fais-nous naître aux cieux du dedans

Criblés de gouffres en averses

Et qu’un vertige nous traverse

Avec un ongle incandescent

Rassasie-nous nous avons faim

De commotions inter-sidérales

Ah verse-nous des laves astrales

A la place de notre sang

Détache-nous, Divise-nous

Avec tes mains de braises coupantes

Ouvre-nous ces voûtes brûlantes

Où l’on meurt plus loin que la mort

Fais vaciller notre cerveau

Au sein de sa propre science

Et ravis-nous l’intelligence

Aux griffes d’un typhon nouveau