Test
Download document

MAALOUF, Amin



Le rocher de Tanios

.....
De ces journées d'angoisse et de confusion on trouve peut-être un écho voilé dans cette page du livre de Nader:

"La femme de tes rêves est l'épouse d'un autre, mais ce dernier l'a chassée de ses rêves.

La femme de tes rêves est l'esclave d'un marin. Il était ivre le jour où il l'a achetée sur le marché d'Erzerum, et se réveillant il ne l'a plus reconnue.

La femme de tes rêves est une fugitive, comme tu l'as été, et vous avez cherché refuge l'un vers l'autre. »

.....


Léon l’Africain

…..
C'est alors que, craignant désordres et émeutes, le sultan se décida enfin d’arrêter les festivités. Il décréta que le dernier jour de Parade serait le 22 moharram 883, qui tombait le 25 avril de l'année du Christ 1478, ajoutant toutefois que les réjouissances finales seraient encore plus somptueuses que celles des semaines précédentes. Ce jour-là, dans la Sabika, les femmes des quartiers populaires s'étaient mêlées, avec ou sans voile, aux hommes de toutes conditions. Les enfants de la ville, dont ma mère, étaient sortis avec leurs habits neufs dès les premières heures du matin, non sans s'être munis de quelques pièces de cuivre pour s'acheter des figues sèches de Malaga. Attirés par la foule grossissante, des jongleurs, des illusionnistes, des baladins, des funambules, des équilibristes, des montreurs de singes, des mendiants, vrais ou faux aveugles, s'étaient répandus dans tout le quartier de la Sabika; et, comme l'on était au printemps, des paysans promenaient avec eux des étalons, faisant saillir contre rétribution les juments qu'on leur amenait.

Toute la matinée, se souvenait ma mère, nous avions crié et tapé des mains au spectacle du jeu de la "tabla", durant lequel les cavaliers zénètes tentaient l'un après l'autre d'atteindre la cible de bois avec des bâtons qu'ils lançaient du haut de leur monture au galop. Nous ne pouvions voir qui réussissait le mieux, mais la clameur qui nous parvenait de la colline, de l'endroit appel? précisément al-Tabla, nous désignait sans erreur possible gagnants et perdants.


Soudain un nuage noir apparut au-dessus de nos têtes. Il arriva si vite que nous eûmes l'impression que le soleil s'éteignait comme une lampe qu'un djinn aurait soufflée. Il faisait nuit à midi, et, sans que le sultan l'eût ordonné, le jeu s'arrêta, car chacun sentait sur ses épaules le poids du ciel.


Il y eut un éclair, l'éclatement de la foudre, un autre éclair, un grondement sourd, puis des trombes d'eau qui s'abattirent sur nous. De savoir qu'il s'agissait d'un orage plutôt que d'une sombre malédiction, j'étais un peu moins apeurée, et, à l'instar des milliers de personnes agglutinées dans la Sabika, je me mis à chercher un endroit pour m'abriter. Mon grand frère me tenait la main, ce qui me rassurait mais me forçait aussi à courir sur une chaussée déjà boueuse. Subitement, à quelques pas de nous, des enfants et des vieillards s'écroulèrent et, en les piétinant, la foule s'affola. Il faisait toujours aussi sombre. Aux cris d'effroi se mêlaient les hurlements de douleur. A mon tour je glissai, et ma main lâcha celle de mon frère pour s'accrocher au pan d'une robe mouillée, puis à un autre, sans jamais pouvoir réellement s'agripper. L'eau m'arrivait déjà aux genoux, je hurlais sans doute plus fort que tous les autres.


A cinq ou six reprises, je tombai puis me relevai sans être piétiné, jusqu'à découvrir peu à peu que la foule était devenue plus éparse autour de moi, plus lente à se mouvoir aussi, car le chemin était montant et les flots qui le dévalaient se gonflaient. Je ne reconnaissais ni les gens ni les lieux, je ne cherchais plus mes frères ni mes cousins. Je me jetai sous un porche et, de fatigue autant que de désespoir, je m'endormis.

.....