Test
Download document

STENGERS, Jean

Léopold III et le gouvernement

…..

Le 24 juin, c’est entre les mains du nonce pontifical en France que le gouvernement remet un autre message. Pierlot et Spaak y réitèrent leur désir de “reprendre contact avec le Roi en vue du règlement des intérêts belges avec le Gouvernement allemand”. Le message cheminera longuement: de France au Vatican, du Vatican à la nonciature de Berne, de la nonciature à la légation de Belgique, de là à Bruxelles. Le secrétaire du Roi le reçut le 28 juin.

Le 26 juin, le Premier Ministre charge un diplomate belge, le vicomte Berryer, de se rendre directement à Bruxelles. Il lui remet une lettre adressée au Chef du Cabinet du Roi. Le texte est plus explicite encore que celui des communications antérieures.

“Nous pensons”, écrit Pierlot, “qu’il y a deux choses urgentes à faire:

1. Négocier avec les Allemands le retour des Belges, soldats et civils, se trouvant en France;

2. Négocier avec les Allemands les conditions d’un armistice ou d’une convention concernant la Belgique“

“Sur ce second point, connaissant mal la situation, nous ne voulons rien faire sans connaïtre l’avis du Roi.”

“Si le Roi estime qu’il est possible et utile de former un nouveau Gouvernement, nous sommes prêts naturellement à donner notre démission.”

…..