Test
Download document

BRASSENS, Georges


Chanson Pour L'Auvergnat

Elle est à toi cette chanson
Toi l'Auvergnat qui sans façon
M'as donné quatre bouts de bois

Quand dans ma vie il faisait froid
Toi qui m'as donné du feu quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
M'avaient fermé la porte au nez
Ce n'était rien qu'un feu de bois
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr' d'un feu de joie

Toi l'Auvergnat quand tu mourras
Quand le croqu'mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l'hôtesse qui sans façon
M'as donné quatre bouts de pain
Quand dans ma vie il faisait faim
Toi qui m'ouvris ta huche quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
S'amusaient à me voir jeûner
Ce n'était rien qu'un peu de pain
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr' d'un grand festin

Toi l'hôtesse quand tu mourras
Quand le croqu'mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l'étranger qui sans façon
D'un air malheureux m'as souri
Lorsque les gendarmes m'ont pris
Toi qui n'as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Riaient de me voir emmener
Ce n'était rien qu'un peu de miel
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr' d'un grand soleil

Toi l'étranger quand tu mourras
Quand le croqu'mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel


La tondue

La belle qui couchait avec le roi de Prusse
Avec le roi de Prusse
A qui l'on a tondu le crâne rasibus
Le crâne rasibus

Son penchant prononcé pour les " ich liebe dich ",
Pour les " ich liebe dich "
Lui valut de porter quelques cheveux postich's
Quelques cheveux postich's

Les braves sans-culott's et les bonnets phrygiens
Et les bonnets phrygiens
Ont livre sa crinière à un tondeur de chiens
A un tondeur de chiens

J'aurais dû prendre un peu parti pour sa toison
Parti pour sa toison
J'aurais dû dire un mot pour sauver son chignon
Pour sauver son chignon

Mais je n'ai pas bougé du fond de ma torpeur
Du fond de ma torpeur
Les coupeurs de cheveux en quatre m'ont fait peur
En quatre m'ont fait peur

Quand, pire qu'une brosse, elle eut été tondue
Elle eut été tondue
J'ai dit : " C'est malheureux, ces accroch'-cœur perdus
Ces accroch'-cœur perdus "

Et, ramassant l'un d'eux qui traînait dans l'ornière
Qui traînait dans l'ornière
Je l'ai, comme une fleur, mis à ma boutonnière
Mis à ma boutonnière

En me voyant partir arborant mon toupet
Arborant mon toupet
Tous ces coupeurs de natt's m'ont pris pour un suspect
M'ont pris pour un suspect

Comme de la patrie je ne mérite guère
Je ne mérite guère
J'ai pas la Croix d'honneur, j'ai pas la croix de guerre
J'ai pas la croix de guerre

Et je n'en souffre pas avec trop de rigueur
Avec trop de rigueur
J'ai ma rosette à moi: c'est un accroche-cœur
C'est un accroche-cœur


Supplique Pour Être Enterré À La Plage De Sête

La Camarde, qui ne m'a jamais pardonné
D'avoir semé des fleurs dans les trous de son nez,
Me poursuit d'un zèle imbécile.
Alors, cerné de près par les enterrements,
J'ai cru bon de remettre à jour mon testament,
De me payer un codicille.


Trempe, dans l'encre bleue du golfe du Lion,
Trempe, trempe ta plume, ô mon vieux tabellion,
Et, de ta plus belle écriture,
Note ce qu'il faudrait qu'il advînt de mon corps,
Lorsque mon âme et lui ne seront plus d'accord
Que sur un seul point : la rupture.


Quand mon âme aura pris son vol à l'horizon
Vers celles de Gavroche et de Mimi Pinson,
Celles des titis, des grisettes,
Que vers le sol natal mon corps soit ramené
Dans un sleeping du "Paris-Méditerannée",
Terminus en gare de Sète.


Mon caveau de famille, hélas ! n'est pas tout neuf.
Vulgairement parlant, il est plein comme un oeuf,
Et, d'ici que quelqu'un n'en sorte,
Il risque de se faire tard et je ne peux
Dire à ces brave gens "Poussez-vous donc un peu !"
Place aux jeunes en quelque sorte.


Juste au bord de la mer, à deux pas des flots bleus,
Creusez, si c'est possible, un petit trou moelleux,
Une bonne petite niche,
Auprès de mes amis d'enfance, les dauphins,
Le long de cette grève où le sable est si fin,
Sur la plage de la Corniche.


C'est une plage où, même à ses moments furieux,
Neptune ne se prend jamais trop au sérieux,
Où, quand un bateau fait naufrage,
Le capitaine crie : "Je suis le maître à bord !
Sauve qui peut ! Le vin et le pastis d'abord !
Chacun sa bonbonne et courage !"


Et c'est là que, jadis, à quinze ans révolus,
A l'âge où s'amuser tout seul ne suffit plus,
Je connus la prime amourette.

Auprès d'une sirène, une femme-poisson,
Je reçus de l'amour la première leçon,
Avalai la première arête.


Déférence gardée envers Paul Valéry,
Moi, l'humble troubadour, sur lui je renchéris,
Le bon maître me le pardonne,
Et qu'au moins, si ses vers valent mieux que les miens,
Mon cimetière soit plus marin que le sien,
Et n'en déplaise aux autochtones.

Cette tombe en sandwich, entre le ciel et l'eau,
Ne donnera pas une ombre triste au tableau,
Mais un charme indéfinissable.
Les baigneuses s'en serviront de paravent
Pour changer de tenue, et les petits enfants
Diront : "Chouette ! un château de sable !"


Est-ce trop demander... ! Sur mon petit lopin,
Plantez, je vous en prie, une espèce de pin,
Pin parasol, de préférence,
Qui saura prémunir contre l'insolation
Les bons amis venus fair' sur ma concession
D'affectueuses révérences.


Tantôt venant d'Espagne et tantôt d'Italie,
Tous chargés de parfums, de musiques jolies,
Le mistral et la tramontane
Sur mon dernier sommeil verseront les échos,
De villanelle un jour, un jour de fandango,
De tarentelle, de sardane...


Et quand, prenant ma butte en guise d'oreiller,
Une ondine viendra gentiment sommeiller
Avec moins que rien de costume,
J'en demande pardon par avance à Jésus,
Si l'ombre de ma croix s'y couche un peu dessus
Pour un petit bonheur posthume.


Pauvres rois, pharaons ! Pauvre Napoléon !
Pauvres grands disparus gisant au Panthéon !
Pauvres cendres de conséquence !
Vous envierez un peu l'éternel estivant,
Qui fait du pédalo sur la vague en rêvant,
Qui passe sa mort en vacances


Vous envierez un peu l'éternel estivant

Qui fait du pédalo sur la plage en rêvant

Qui passe sa mort en vacances

Qui fait du pédalo sur la plage en rêvant
Qui passe sa mort en vacances


Cupidon s’en fout

Pour changer en amour notre amourette

Il s'en serait pas fallu de beaucoup

Mais, ce jour-là, Vénus était distraite

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Des jours où il joue les mouches du coche

Où elles sont émoussées dans le bout

Les flèches courtoises qu'il nous décoche

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Se consacrant à d'autres imbéciles

Il n'eut pas l'heur de s'occuper de nous

Avec son arc et tous ses ustensiles

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Il est des jours où Cupidon s'en fout

On a tenté sans lui d'ouvrir la fête

Sur l'herbe tendre, on s'est roulés, mais vous

Avez perdu la vertu, pas la tête

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Si vous m'avez donné toute licence

Le coeur, hélas, n'était pas dans le coup

Le feu sacré brillait par son absence

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Il est des jours où Cupidon s'en fout

On effeuilla vingt fois la marguerite

Elle tomba vingt fois sur "pas du tout"

Et notre pauvre idylle a fait faillite

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Quand vous irez au bois conter fleurette

Jeunes galants, le ciel soit avec vous

Je n'eus pas cette chance et le regrette

Il est des jours où Cupidon s'en fout

Il est des jours où Cupidon s'en fout


Les copains d’abord

Non, ce n'était pas le radeau

De la Méduse, ce bateau

Qu'on se le dise au fond des ports

Dise au fond des ports

Il naviguait en pèr' peinard

Sur la grand-mare des canards

Et s'app'lait les Copains d'abord

Les Copains d'abord

Ses fluctuat nec mergitur

C'était pas d'la litterature

N'en déplaise aux jeteurs de sort

Aux jeteurs de sort

Son capitaine et ses mat'lots

N'étaient pas des enfants d'salauds

Mais des amis franco de port

Des copains d'abord

C'étaient pas des amis de luxe

Des petits Castor et Pollux

Des gens de Sodome et Gomorrhe

Sodome et Gomorrhe

C'étaient pas des amis choisis

Par Montaigne et La Boetie

Sur le ventre ils se tapaient fort

Les copains d'abord

C'étaient pas des anges non plus

L'Évangile, ils l'avaient pas lu

Mais ils s'aimaient tout's voil's dehors

Tout's voil's dehors

Jean, Pierre, Paul et compagnie

C'était leur seule litanie

Leur Credo, leur Confiteor

Aux copains d'abord

Au moindre coup de Trafalgar

C'est l'amitié qui prenait l'quart

C'est elle qui leur montrait le nord

Leur montrait le nord

Et quand ils étaient en détresse

Qu'leurs bras lancaient des S.O.S.

On aurait dit les sémaphores

Les copains d'abord

Au rendez-vous des bons copains

Y avait pas souvent de lapins

Quand l'un d'entre eux manquait a bord

C'est qu'il était mort

Oui, mais jamais, au grand jamais

Son trou dans l'eau n'se refermait

Cent ans après, coquin de sort

Il manquait encore

Des bateaux j'en ai pris beaucoup

Mais le seul qu'ait tenu le coup

Qui n'ai jamais viré de bord

Mais viré de bord

Naviguait en père peinard

Sur la grand-mare des canards

Et s'app'lait les Copains d'abord

Les Copains d'abord

Des bateaux j'en ai pris beaucoup

Mais le seul qu'ait tenu le coup

Qui n'ai jamais viré de bord

Mais viré de bord

Naviguait en père peinard

Sur la grand-mare des canards

Et s'app'lait les Copains d'abord

Les Copains d'abord


Les deux oncles

C'était l'oncle Martin, c'était l'oncle Gaston

L'un aimait les Tommies, l'autre aimait les Teutons

Chacun, pour ses amis, tous les deux ils sont morts

Moi, qui n'aimais personne, eh bien, je vis encore

Maintenant, chers tontons, que les temps ont coulé

Que vos veuves de guerre ont enfin convolé

Que l'on a requinqué, dans le ciel de Verdun

Les étoiles ternies du maréchal Pétain

Maintenant que vos controverses se sont tues

Qu'on s'est bien partagé les cordes des pendus

Maintenant que John Bull nous boude, maintenant

Que c'en est fini des querelles d'Allemand

Que vos fill's et vos fils vont, la main dans la main

Faire l'amour ensemble et l'Europ' de demain

Qu'ils se soucient de vos batailles presque autant

Que l'on se souciait des guerres de Cent Ans

On peut vous l'avouer, maintenant, chers tontons

Vous l'ami les Tommies, vous l'ami des Teutons

Que, de vos vérités, vos contrevérités

Tout le monde s'en fiche à l'unanimité

De vos épurations, vos collaborations

Vos abominations et vos désolations

De vos plats de choucroute et vos tasses de thé

Tout le monde s'en fiche à l'unanimité

En dépit de ces souvenirs qu'on commémor'

Des flammes qu'on ranime aux monuments aux Morts

Des vainqueurs, des vaincus, des autres et de vous

Révérence parler, tout le monde s'en fout

La vie, comme dit l'autre, a repris tous ses droits

Elles ne font plus beaucoup d'ombre, vos deux croix

Et, petit à petit, vous voilà devenus

L'Arc de Triomphe en moins, des soldats inconnus

Maintenant, j'en suis sûr, chers malheureux tontons

Vous, l'ami des Tommies, vous, l'ami des Teutons

Si vous aviez vécu, si vous étiez ici

C'est vous qui chanteriez la chanson que voici

Chanteriez, en trinquant ensemble à vos santés

Qu'il est fou de perdre la vie pour des idées

Des idées comme ça, qui viennent et qui font

Trois petits tours, trois petits morts, et puis s'en vont

Qu'aucune idée sur terre est digne d'un trépas

Qu'il faut laisser ce rôle à ceux qui n'en ont pas

Que prendre, sur-le-champ, l'ennemi comme il vient

C'est de la bouillie pour les chats et pour les chiens

Qu'au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi

Mieux vaut attendre un peu qu'on le change en ami

Mieux vaut tourner sept fois sa crosse dans la main

Mieux vaut toujours remettre une salve à demain

Que les seuls généraux qu'on doit suivre aux talons

Ce sont les généraux des p'tits soldats de plomb

Ainsi, chanteriez-vous tous les deux en suivant

Malbrough qui va-t-en guerre au pays des enfants

O vous, qui prenez aujourd'hui la clé des cieux

Vous, les heureux coquins qui, ce soir, verrez Dieu

Quand vous rencontrerez mes deux oncles, là-bas

Offrez-leur de ma part ces "Ne m'oubliez pas"

Ces deux myosotis fleuris dans mon jardin

Un p'tit forget me not pour mon oncle Martin

Un p'tit vergiss mein nicht pour mon oncle Gaston

Pauvre ami des Tommies, pauvre ami des Teutons