Test
Download document

RETZ, Cardinal de



Mémoires
…..
M. le duc de Retz, aîné de notre maison, rompit, dans ce temps-là, par le commandement du Roi, le traité de mariage qui avait été accordé, quelques années auparavant, entre M. le duc de Mercœur et sa fille. Il vint trouver mon père, dès le lendemain, et le surprit très agréablement en lui disant qu’il était résolu de la donner à son cousin, pour réunir la maison. Comme je savais qu’elle avait une sœur, qui possédait plus de quatre-vingt mille livres de rente, je songeai au même moment à la double alliance. Je n’espérais pas que l’on y pensât pour moi, connaissant le terrain comme je le connaissais, et je pris le parti de me pourvoir de moi-même. Comme j’eus quelque lumière que mon père n’était pas dans le dessein de me mener aux noces, peut-être en vue de ce qui en arriva, je fis semblant de me radoucir à l’égard de ma profession. Je feignis d’être touché de ce que l’on m’avait représenté tant de fois sur ce sujet, et je jouai si bien mon personnage, que l’on crut que j’étais absolument changé. Mon père se résolut de me mener en Bretagne d’autant plus facilement que je n’en avais témoigné aucun désir. Nous trouvâmes Mlle de Retz à Beaupréau en Anjou. Je ne regardai l’aînée que comme ma sœur ; je considérai d’abord Mlle de Scépeaux (c’est ainsi que l’on appelait la cadette) comme ma maîtresse. Je la trouvai très belle, le teint du plus grand éclat du monde, des lis et des roses en abondance, les yeux admirables ; la bouche très belle, du défaut à la taille, mais peu remarquable et qui était beaucoup couvert par la vue de quatre-vingt mille livres de rente, par l’espérance du duché de Beaupréau, et par mille chimères que je formais sur ces fondements, qui étaient réels.


Je couvris très bien mon jeu dans le commencement : j’avais fait l’ecclésiastique et le dévot dans tout le voyage ; je continuai dans le séjour. Je soupirais toutefois devant la belle ; elle s’en aperçut : je parlai ensuite, elle m’écouta, mais d’un air un peu sévère. Comme j’avais observé qu’elle aimait extrêmement une vieille fille de chambre, qui était sœur d’un de mes moines de Buzay, je n’oubliai rien pour la gagner, et j’y réussis par le moyen de cent pistoles et par des promesses immenses que je lui fis. Elle mit dans l’esprit de sa maîtresse que l’on ne songeait qu’à la faire religieuse, et je lui disais, de mon côté, que l’on ne pensait qu’à me faire moine. Elle haïssait cruellement sa sœur, parce qu’elle était beaucoup plus aimée de son père, et je n’aimais pas trop mon frère pour la même raison. Cette conformité dans nos fortunes contribua beaucoup à notre liaison. Je me persuadai qu’elle était réciproque, et je me résolus de la mener en Hollande. Dans la vérité, il n’y avait rien de si facile, Machecoul, où nous étions venus de Beaupréau, n’étant qu’à une demi-lieue de la mer ; mais il fallait de l’argent pour cette expédition ; et mon trésor étant épuisé par le don des cent pistoles, je ne me trouvais pas un sol. J’en trouvai suffisamment en témoignant à mon père que l’économat de mes abbayes étant censé tenu de la plus grande rigueur des lois, je croyais être obligé, en conscience, d’en prendre l’administration. La proposition ne plut pas ; mais on ne put la refuser, et parce qu’elle était dans l’ordre, et parce qu’elle faisait, en quelque façon, juger que je voulais au moins retenir mes bénéfices, puisque j’en voulais prendre soin.

Je partis dès le lendemain, pour aller affermer Buzay, qui n’est qu’à cinq lieues de Machecoul. Je traitai avec un marchand de Nantes, appelé Jucatières, qui prit avantage de ma précipitation, et qui, moyennant quatre mille écus comptants qu’il me donna, conclut un marché qui a fait sa fortune. Je crus avoir quatre millions. J’étais sur le point de m’assurer d’une de ces flûtes hollandaises qui sont toujours à la rade de Retz, lorsqu’il arriva un accident qui rompit toutes mes mesures.

Mlle de Retz (car elle avait pris ce nom depuis le mariage de sa sœur) avait les plus beaux yeux du monde ; mais ils n’étaient jamais si beaux que quand ils mouraient, et je n’en ai jamais vu à qui la langueur donnât tant de grâces. Un jour que nous dînions chez une dame du pays, à une lieue de Machecoul, en se regardant dans un miroir qui était dans la ruelle, elle montra tout ce que la morbidezza des Italiens a de plus tendre, de plus animé et de plus touchant. Mais par malheur elle ne prit pas garde que Palluau, qui a depuis été le maréchal de Clérembault, était au point de vue du miroir. Il le remarqua, et comme il était fort attaché à Mme de Retz, avec laquelle, étant fille, il avait eu beaucoup de commerce, il ne manqua pas de lui en rendre un compte fidèle, et il m’assura même, à ce qu’il m’a dit lui-même depuis, que ce qu’il avait vu ne pouvait pas être un original.


Mme de Retz, qui haïssait mortellement sa sœur, en avertit, dès le soir même, monsieur son père, qui ne manqua pas d’en donner part au mien. Le lendemain, l’ordinaire de Paris arriva ; l’on feignit d’avoir reçu des lettres bien pressantes : l’on dit un adieu aux dames fort léger et fort public. Mon père me mena coucher à Nantes. Je fus, comme vous le pouvez juger, et fort surpris et fort touché. Je ne savais pas à quoi attribuer la promptitude de ce départ ; je ne pouvais me reprocher aucune imprudence ; je n’avais pas le moindre doute que Palluau eût pu avoir rien vu. Je fus un peu éclairci à Orléans, où mon père, appréhendant que je ne m’échappasse, ce que j’avais vainement tenté plusieurs fois dès Tours, se saisit de ma cassette, où était mon argent. Je connus, par ce procédé, que j’avais été pénétré, et j’arrivai à Paris avec la douleur que vous pouvez vous imaginer.

…..