Test
Download document

HOUELLEBECQ, Michel


Je suis comme un enfant qui n’a plus droit aux larmes,

Conduis-moi au pays où vivent les braves gens

Conduis-moi dans la nuit, entoure-moi d’un charme,

Je voudrais rencontrer des êtres différents.

Je porte au fond de moi une ancienne espérance

Comme ces vieillards noirs, princes dans leur pays,

Qui balaient le métro avec indifférence ;

Comme moi ils sont seuls, comme moi ils sourient.


La Possibilité d'une île

Ma vie, ma vie, ma très ancienne

Mon premier voeu mal refermé

Mon premier amour infirmé,

Il a fallu que tu reviennes.

Il a fallu que je connaisse

Ce que la vie a de meilleur,

Quand deux corps jouent de leur bonheur

Et sans fin s'unissent et renaissent.

Entré en dépendance entière,

Je sais le tremblement de l'être

L'hésitation à disparaître,

Le soleil qui frappe en lisière

Et l'amour, où tout est facile,

Où tout est donné dans l'instant ;

Il existe au milieu du temps

La possibilité d'une île.


Configuration du dernier virage

Je n’ai plus d’intérieur

De passion, de chaleur ;

Bientôt je me résume

À mon propre volume.

Vient toujours un moment où on rationalise,

Et toujours un matin au futur aboli.

Le chemin se résume à une étendue grise

Sans saveur et sans joie, calmement démolie.


Le chant de Marie,

Tant de coeurs ont battu, déjà, sur cette terre

Et les petits objets blottis dans leurs armoires

Racontent la sinistre et lamentable histoire

De ceux qui n'ont pas eu d'amour sur cette terre.

La petite vaisselle des vieux célibataires,

Les couverts ébréchés de la veuve de guerre

Mon dieu ! Et les mouchoirs des vieilles demoiselles

L'intérieur des armoires, que la vie est cruelle !

Les objets bien rangés et la vie toute vide

Et les courses du soir, restes d'épicerie

Télé sans regarder, repas sans appétit

Enfin la maladie, qui rend tout plus sordide,

Et le corps fatigué qui se mêle à la terre,

Le corps jamais aimé qui s'éteint sans mystère.


Novembre

Je suis venu dans le café au bord du fleuve,

Un peu vieilli un peu blasé

J'ai mal dormi dans un hôtel aux chambres neuves

je n'ai pas pu me reposer.

Il y a des couples et des enfants qui marchent ensemble

Dans la paix de l'après-midi

Il y a même des jeunes filles qui te ressemblent

Dans les premiers pas de leur vie.

Je te revois dans la lumière,

Dans les caresses du soleil

Tu m'as donné la vie entière

Et ses merveilles.

Je suis venu dans le jardin où tu reposes

Environnée par le silence

Le ciel tombait et le ciel se couvrait de rose,

Et j'ai eu mal de ton absence.