Test
Download document

TOULET, Paul-Jean


Puisque tes jours ne t'ont laissé

Puisque tes jours ne t'ont laissé

Qu'un peu de cendre dans la bouche,

Avant qu'on ne tende la couche

Où ton coeur dorme, enfin glacé,

Retourne, comme au temps passé,

Cueillir, près de la dune instable,

Le lys qu'y courbe un souffle amer,

- Et grave ces mots sur le sable :

Le rêve de l'homme est semblable

Aux illusions de la mer.


Le sable où nos pas ont crié

Le sable où nos pas ont crié, l'or ni la gloire,

Qu'importe, et de l'hiver le funèbre décor.

Mais que l'amour demeure et me sourie encor

Comme une rose rouge à travers l'ombre noire.