Test
Download document

DEREME, Tristan


Chambre d’hôtel morose

Chambre d’hôtel morose et vide. Un œillet penche

Et touche le miroir triste où tu contemplas

Ta gorge nue. EAU CHAUDE. EAU FROIDE. MM. les

Clients sont priés de régler chaque dimanche.

C’est dimanche. Réglons les comptes de ce cœur.

Rideaux jaunes et noirs, quel funèbre décor !

Tu n’es plus là. J’ai lu Delille et l’Annuaire

Des Téléphones, pour ne plus songer à tes

Sanglots ; mais je voyais tes larmes et restais

Des heures, les yeux clos, trop habile à me nuire,

À remuer ma peine au lieu de l’endormir

Et mâchant ma douleur comme un fruit trop amer.