Test

Welkom op Lezenswaard.be

Logo met driehoek

"Ein Haus ohne Bücher ist wie ein Zimmer ohne Fenster" -Heinrich Mann

"Alleen in mijn gedichten kan ik wonen" -Jan Slauerhoff

www.Lezenswaard.be is a SELECTION of poems & excerpts of prose worth reading in Dutch, English, French, German and other languages: click e.g. EN-Poetry. Happy reading!

www.Lezenswaard.be is een internationale SELECTIE van lezenswaardige gedichten & prozafragmenten in het Nederlands, Engels, Frans, Duits, ... . Veel leesplezier!

"Kon de tijd maar / stil blijven staan / dan ving ik hem / in dit gedicht / en liet hem / nooit meer gaan" (G.V.)

SEARCH INDEX: YOU CAN RETRIEVE AN AUTHOR'S NAME OR A TITLE VIA THE "SEARCH" FIELD AT THE UPPER RIGHT CORNER OF THIS SCREEN. The authors mentioned are all obviously good, = very good, = outstanding, = magnificent. PLEASE USE THE "CONTACT" BUTTON IF YOU HAVE COMMENTS. 2100 Returning visitors from all over the world. SELECTION CRITERIA: Formal beauty (Byron, Eichendorff), Emotional intensity (Mauriac, Elsschot), Mood creation (Nijhoff, Wordsworth), Narrative skill (García Márquez, Walschap), Social relevance (Adler, Camus), Humour/Blues (Goldoni, Theognis), Metaphysical power (Hesse, Blake), Playful sensuality (Louÿs, Van Der Merwede), Nonsensical/Surrealistic value (Lear, Rimbaud) and Universal appeal (Shakespeare, Goethe). ONLY FOR NON-COMMERCIAL, PERSONAL OR EDUCATIONAL FAIR USE. The NL, EN, FR & DE texts are authentic and are the copyright of their respective owners. All excerpts were available online before incorporation. Inclusion of an extract in this anthology does not imply endorsement of the content. The contents of this website vary continously: please notify if the lyrics authorship of a song is wrongly indicated, the editor (De Meester ZAJ ©) will remove a text of an author on demand.

Dinner-plate

Today's special

DE NAVARRE, Marguerite

Heptaméron

…..

Le mariage consommé, le gentilhomme récrivit à sa mère, disant que dorénavant ne lui pouvait nier  la porte de sa maison, vu qu'il lui menait une belle-fille aussi parfaite que l'on saurait désirer. La dame, qui s'enquit quelle alliance il avait prise, trouva que c'était la propre fille d'eux deux, dont elle eut un deuil si désespéré, qu'elle cuida mourir soudainement, voyant que tant plus donnait d'empêchement à son malheur, et plus elle était le moyen dont augmentait. Elle, qui ne sut autre chose faire, s'en alla au légat d'Avignon, auquel elle confessa l'énormité de son péché, demandant conseil comment elle se devait conduire. Le légat, satisfaisant à sa conscience, envoya quérir plusieurs docteurs en théologie auxquels il communiqua l'affaire, sans nommer les personnages ; et trouva, par leur conseil, que la dame ne devait jamais rien dire de cette affaire à ses enfants, car, quant à eux, vu l'ignorance, ils n'avaient point péché, mais qu'elle en devait toute sa vie faire pénitence, sans leur en faire un seul semblant. Ainsi s'en retourna la pauvre dame en sa maison ; bientôt après arrivèrent son fils et sa belle-fille, lesquels s'entre-aimaient si fort que jamais mari ni femme n'eurent plus d'amitié et semblance, car elle était sa fille, sa sœur et sa femme, et lui à elle, son père, frère et mari. Ils continuèrent toujours en cette grande amitié, et la pauvre dame, en son extrême pénitence, ne les voyait jamais faire bonne chère, qu'elle ne se retirât pour pleurer.

…..