Test
Download document

CYRANO DE BERGERAC, Savignien de

Lé pédant joué

…..

Granger chante.

Bon ; fort. Faites accroire au Spectre que vous ne le craignez point. « Domine », c'est un Diable Huguenot, car il ne se soucie point de la croix,

Corbineli fait le signe de la Croix.

GRANGER.

Il a peur lui-même, car il n'ose parler. Mais, Paquier, ne serait-ce point mon ombre, car elle est vêtue tout comme moi ; fait tous mes mêmes gestes ; recule quand j'avance ; avance quand je recule ! Il faut que je m'éclaircisse.

Il donne un coup, et Corbineli le lui rend.

Notre-Dame ! Elle me frappe.

PAQUIER.

Monsieur, il se peut faire que les ombres de la nuit étant plus épaisses que celles du jour, sont aussi plus robustes, et qu'ainsi elles pourraient frapper les gens. Entrez, voilà la porte ouverte.

Corbineli entre vitement avec un passe-partout, et Granger court après pour entrer aussi.

GRANGER.

Ma foi, l'ombre est plus habile que moi. Écoutez donc, me voici, c'est moi.

PAQUIER.

Non, vraman-da, ce n'est pas mon Maître qui est chez vous, ce n'est que son ombre. Que Diable, Monsieur, votre ombre est-elle folle de marcher devant vous, et d'entrer toute seule en un logis où elle ne connaît personne ? Ho ! Assurément que nous nous sommes trompés, car si c'était une ombre, la lune qui luit maintenant l'aurait faite et cependant la Lune ne luit pas ; hélas ! « Profecto » ; je le viens de trouver ; nous en étions bien loin. C'est votre âme, car ne vous souvient-il pas qu'hier vous la donnâtes à Mademoiselle Genevote ? Or n'étant plus à vous, elle vous aura quitté


cela est bien visible, puisque nous la rencontrons en chemin qui s'y en va. Ah ! Perfide âme, vous ne deviez pas trahir un docteur de la façon, ce qu'il en avait dit n'était qu'en riant ; cependant vous l'abandonnez pour une niaiserie ! Je m'en vais bien voir si c'est elle ; car si ce l'est, peut-être qu'en la flattant un peu, elle se repentira de sa faute. Je t'adjure par le grand Dieu vivant, de me dire qui tu es ?

CORBINELLI, par la fenêtre.

Je suis le grand Diable Vauvert. C'est moi qui fais dire la Patenôtre du Loup ; qui noue l'aiguillette aux nouveaux mariés ; qui fais tourner le sas ; qui pétris le gâteau triangulaire ; qui rends invisibles les frères de la Rose-Croix ; qui dicte aux rabbins la Cabale et le Talmud ; qui donne la main de Gloire , le trèfle à quatre, la pistole volante, le gui de l'an-neuf, l'herbe de fourvoiement, la graine de Fougère, le parchemin vierge, les gamahés, l'emplâtre magnétique. J'enseigne la composition des brevets, des sorts, des charmes, des sigillés, des caractères, des talismans, des images, des miroirs, des figures constellées. Je prêtai à Socrate un démon familier; je fis voir à Brutus son mauvais génie ; j'arrêtai Drusus à l'apparition d'un lutin ; j'envoie les démons familiers, les esprits follets, les martinets, les gobelins, le moine-bourru, le loup-garou. La Fileuse, la bête de la grosse Tour, la mule ferrée, le filourdï, le marcou, le cauchemar, le roi Hugon, le connétable, les trépassés, les hommes noirs, les femmes blanches, les ardents, les lémures, les farfadets, les ogres, les larves, les incubes, les succubes, les lamies, les fées, les ombres, les mânes, les spectres, les fantômes. Enfin je suis le grand veneur de la Forêt de Fontainebleau.

…..