Test
Download document

LARBAUD, Valery


Le don de soi-même

Je m’offre à chacun comme sa récompense ;

Je vous la donne même avant que vous l’ayez méritée.

Il y a quelque chose en moi,

Au fond de moi, au centre de moi,

Quelque chose d’infiniment aride

Comme le sommet des plus hautes montagnes ;

Quelque chose de comparable au point mort de la rétine,

Et sans écho,

Et qui pourtant voit et entend ;

Un être ayant une vie propre, et qui, cependant,

Vit toute ma vie, et écoute, impassible,

Tous les bavardages de ma conscience.

Un être fait de néant, si c’est possible,

Insensible à mes souffrances physiques,

Qui ne pleure pas quand je pleure,

Qui ne rit pas quand je ris,

Qui ne rougit pas quand je commets une action honteuse,

Et qui ne gémit pas quand mon cœur est blessé ;

Qui se tient immobile et ne donne pas de conseils,

Mais semble dire éternellement :

« Je suis là, indifférent à tout. »

C’est peut-être du vide comme est le vide,

Mais si grand que le Bien et le Mal ensemble

Ne le remplissent pas.

La haine y meurt d’asphyxie,

Et le plus grand amour n’y pénètre jamais.

Prenez donc tout de moi : le sens de ces poèmes,

Non ce qu’on lit, mais ce qui paraît au travers malgré moi :

Prenez, prenez, vous n’avez rien.

Et où que j’aille, dans l’univers entier,

Je rencontre toujours,

Hors de moi comme en moi,

L’irremplissable Vide,

L’inconquérable Rien.


L’innommable

Quand je serai mort, quand je serai de nos chers morts

(Au moins, me donnerez-vous votre souvenir, passants

Qui m'avez coudoyé si souvent dans vos rues ?)

Restera-t-il dans ces poèmes quelques images

De tant de pays, de tant de regards, et de tous ces visages

Entrevus brusquement dans la foule mouvante ?

J'ai marché parmi vous, me garant des voitures

Comme vous, et m'arrêtant comme vous aux devantures.

J'ai fait avec mes yeux des compliments aux

Dames ;

J'ai marché, joyeux, vers les plaisirs et vers la gloire,

Croyant dans mon cher cœur que c'était arrivé ;

J'ai marché dans le troupeau avec délices,

Car nous sommes du troupeau, moi et mes aspirations.

Et si je suis un peu différent, hélas, de vous tous,

C'est parce que je vois,

Ici, au milieu de vous, comme une apparition divine,

Au-devant de laquelle je m'élance pour en être frôlé,

Honnie, méconnue, exilée,

Dix fois mystérieuse,

La

Beauté

Invisible.

…..