Test
Download document

SCHEPMANS, Jacques

Les chevau-légers de la Francitude, (en Pourquoi Pas ? 1/09/1980)

A côté de ces organismes officiels, la France disposa également de ce que l'on pourrait appeler des “réseaux parallèles”, sans vouloir en quoi que ce soit donner à ces termes une quelconque coloration péjorative. Le plus remarquable et sans doute le plus actif de ces chevau-légers de la Francité est Philippe Rossillon, qui s'est taillé, à tort ou à raison, une mystérieuse réputation. Dans son livre “B comme Barbouzes”, paru en 1975 aux Editions Alain Moreau, Patrice Chairoff prétendait que celui-ci appartenait aux services parallèles de M. Foccart, le numéro 1 de la “barbouzerie” sous le règne d'un général de Gaulle, qui ne détestait pas les incartades du genre “Québec libre”. Il prétendait même que cet ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration, également animateur du groupe gaulliste technocratique “Patrie et Progrès” (1), fut arrêté en 1968 par les services de la police canadienne et expulsé sur-le-champ.

Où en Belgique, on relevait curieusement le nom de l’actuel député Luc Beyer mais aussi d’autres seigneurs de moindre importance, notamment du côté de la presse ...) Ajoutons immédiatement, et nous n'avons aucune raison de douter de sa parole, que M. Rossillon (p.59) démentait illico et avoir appartenu au réseau Foccart, et avoir été alpagué par la police canadienne. Simplement, il précisait qu’à son retour précipité à Paris, “il a été félicité publiquement par le général de Gaulle, maintenu à son poste, puis décoré en reconnaissance du rôle qu'il a joué au service des communautés de langue française”. Fermez le ban...

Dès lors, la question quant à l'énervement manifesté à l'égard de Philippe Rossillon par la police canadienne après ses visites au Manitoba et au Nouveau-Brunswick, reste posée. Il est vrai qu'à l'époque, et suite aux plaisanteries gaullistes évoquées plus haut, M. Trudeau était plutôt énervé, confondant sans doute culture et culture... Toujours est-il que le dynamique Philippe Rossillon continue ses activités. Ce chef du Bureau d'Etudes du ministère de la Coopération - un ministère qui, peut-être, est plus orienté en France que chez nous - est toujours le président des “Amitiés Acadiennes”, 75, bd des Invalides à Paris. Cette province canadienne, du moins dans sa minorité activiste, a d'ailleurs une vue précise quant à son destin autonomiste. Notons au passage que le président de ces “Amitiés Acadiennes” pour la Belgique est ce M. André Patris, directeur de la Maison de la Francité, dont nous parlions plus haut.

…..

Signalons encore que M. Rossillon, éternel commis voyageur, représentait officiellement le ministère de la Coopération lors d'un congrès de Dakar consacré au “général de Gaulle et la francophonie”, suivi du même genre de cérémonie au Québec. Décidément inlassable, M. Rossillon est également le maire d'un petit village du Périgord situé à proximité de Sarlat, et où M. Lucien Outers a aménagé un bien agréable lieu de repos. Le député FDF y trouve ainsi un climat favorable à tous points de vue, tout en cultivant sa vieille amitié avec Philippe Rossillon. Ce dernier semble également bien préoccupé de la promotion rurale. N'a-t-il pas publié d'alléchants avis pour ses “gîtes ruraux”, et ce dans l'excellent hebdomadaire “Quatre Milllions Quatre”, si proche de M. Outers.

…..

Enfin, cet infatigable travailleur ne dédaigne pas s'occuper de nos problèmes belges. A ce propos, il écrivait un excellent article dans le numéro de julllet 1977 de la revue “Les Amitiés Acadiennes”. M. Rossillon, de plus, reste très proche d'une revue gaullienne de circonstance, baptisée “Arguments pour la France”. Là, M. Chirac, avec l'aide de Jean Cau, développait, peu avant les élections européennes, ses arguments contre l'Europe supranationale. Cet intéressant opuscule nous apprend notamment que c'est grâce à Philippe Rossillon (p.29 du numéro d'octobre 1978) que le quotidien francophone d'Acadie, “L'Evangéline”, reçut une aide de la France. Tiens, tiens! La France fait-elle encore (p.60) preuve de ce genre de générosité envers d'autres pays?

…..