Download document

AUBANEL, Théodore



Chambrette, chambrette


Ah ! voilà pourtant la chambrette

où vivait la jeune fille !

mais, maintenant, comment la retrouver,

dans les lieux qu'elle a tant hantés ?

O mes yeux, mes grands yeux buveurs,

dans son miroir regardez bien :

miroir, miroir ! montre-la-moi,

toi qui l'as vue si souvent...



Le Ventoux


Ventoux effrayant, nid d'aigles bruns et d'aigles blancs,

ton front nu, au midi, est blanc sous la neige.

Au nord, la forêt te fait une noire chevelure !

les loups hantent tes sentiers où l'homme s'essouffle...



La chanson des Félibres


Sous le grand ciel blanc,

le flot sombre

reflète, en roulant,

la lune joyeuse !

du gothique Avignon

palais et tourelles

font des dentelles

dans les étoiles...

Avignon, grillé

de rayons,

tout de même quelquefois,

le jour, sommeille !

mais, s'il assemble au soleil

ses gais felibres,

vite il devient des

cigales la capitale.



Les forgerons


L'incendie s'allume au couchant.

D'une bataille de démons

on dirait parfois le choc orageux ;

on dirait, dans les nuages en lambeaux,

que des maréchaux fantastiques

frappent sur le soleil rouge...

Les forgerons deviennent noirs,

le marteau fatigue les bras,

la fumée enveloppe la flamme ;

et le soleil en courroux,

de l'horrible enclume renversée,

se jette dans la mer qui hurle.



Lis Estello (Les étoiles)


Derrière la mer et le montagnes,

Quand s’est éteint le soleil,

Sur le monde, ombre et taches

Viennent vite, viennent vite.


Sans amour la vie est cruelle,

La vie est une longue nuit :

Heureux celui qui a pour étoiles,

Deux beaux yeux, deux beaux yeux.


Comme une trêve solitaire,

Je restais caché dans mon deuil.

Mon âme en suaire avait froid,

Avait peur, avait peur.


Depuis que dans ma douleur farouche,

Si douce tu m’as offert la main,

Ô jeune fille, mon âme attend,

En t’aimant, en t’aimant.


Ma pauvre âme, je la croyais morte,

Mais toi, avec ton sourire pur,

Amie, tu m’as ouvert la port,

Du bonheur, du bonheur.


Sans amour la vie est cruelle,

La vie est un longue nuit :

Heureux celui qui a pour étoiles,

Tes beaux yeux, tes beaux yeux.