Test
Download document

SACRÉ, James


///////////////////////////////////////////////////////


On l'étendait parfois dans l'herbe

Juste pour s'asseoir, y bouger, le corps

Dans la douceur du vieux couvre-lit, la prairie

Comme une chambre en plein ciel comme si

Tout le fermé du cœur se trouvait déplié.


Le vert que broutaient les vaches, on les voyait

Parcourant lentement du grand bleu.


Un vieux couvre-lit

Comme un nuage mis par terre.


//////////////////////////////////////////



Le désir échappe à mon poème


En repassant par des paysages déjà parcourus

À cause que de la lumière manque, temps gris,

L'éclat de pierres noires sur les pentes pétries de chaleur

N'est plus rien qu'une étendue de caillasse terne.

Entre Alnif et Tazzarine

Dans le piedmont sud du djebel Sarho.


Sijilmassa aussi a quasiment disparu

On n'entend plus que des mots.

Il y a des formes qui s'enferment dans les sables.


Ce désir est un désert.


////////////////////////////////////////////////////



Le jardin brille, ouvert, l’espace est dans sa fleur

Et porte avec sa fleur le temps le plus léger

À travers la lumière ; quelque chose a souri…

Mais rien, que le vent, rien, le bleu du paysage :

C’est pour la pauvreté (mais tignasse) d’un lierre.

Que les arbres soient beaux et grands pour le retour !

Ah ! cœur naïf, dans tes rosiers, dans ta garance !

Et ton paradis rouge où dorment les miroirs,

Je bondis ! mais trop tard : je le vois dans le temps.

Mais peut-être, ah ! peut-être encore un rouge, un feu,

Peu de tuile (mais rouge et promesse d’un toit)

Va briller (poème ou lampe) ; l’ombre est complice.