Test
Download document

CROMMELYNCK, Fernand



Le cocu magnifique

…..
( Bruno ) Ah cet amour me comble l’âme et me déborde tout entier! Dites, à présent, ne sont-elles pas — ces jambes — d’un élan incomparable? Les contours de la cheville se rapprochent insensiblement, de sorte que l’œil croit assister à la formation de cette attache délicate, ah... Puis, quel jet merveilleux de force et de douceur dans la ligne qui se courbe sur le mollet, s’étire miraculeusement au jarret. Là, s*est arrêté votre regard. Et vous pensez qu’après une telle aspiration, cette ligne ne montrera plus qu'une grâce nonchalante? Non pas! Je vous le dis, à son point extrême, elle rebondit sans lassitude, s’infléchit avec la pureté des ellipses astrales, sans heurt aucun, pour dessiner la croupe suspendue, ah! ah! vous comprenez?

…..
Tu en as dit assez ! C’est par là qu’elle a quitté la maison, c’est sûr ! Ah ! la garce, la prodigieuse femelle ! Une femme si achevée, si fi ne, mon cher ami. Quand je me l’imagine nue, dénouant sa chevelure, mon cœur perd son écorce ! Et lui, lui, l’attendait au-dehors avec une échelle ? Comment descendrait-elle du toit dans le verger ? Sauterais-tu de là-haut sans te rompre les os ; glisserais-tu le long du lierre sans l’arracher ? Marche-t-elle sur une vapeur, dans un rayon de lune, a-t-elle des ailes, - me crois-tu fou ?

…..