Test
Download document

ORLEANS, Charles d’


Hiver, vous n'êtes qu'un vilain


Hiver, vous n'êtes qu'un vilain,

Été est plaisant et gentil,

En témoin de Mai et d'Avril

Qui l'accompagnent soir et matin.


Été revêt champs, bois et fleurs,

De sa livrée de verdure

Et de maintes autres couleurs

Par l’ordonnance de Nature.

.
Mais vous, Hiver, trop êtes plein

De neige, vent, pluie et grésil ;

On vous doit bannir en exil.

Sans point flatter, je parle plain :

Hiver, vous n'êtes qu'un vilain.



Quand je fus pris au pavillon


Quand je fus pris au pavillon

De ma dame très gente et belle,

Je me brûlai à la chandelle,

Ainsi que fait le papillon.


Je rougis comme vermillon,

Aussi flambant que une étincelle,

Quand je fus pris au pavillon

De ma dame très gente et belle.


Si j'eusse été émerillon

Ou que j'eusse eu aussi bonne aile,

Je me fusse gardé de celle

Qui me bailla de l'aiguillon

Quand je fus pris au pavillon.


En regardant vers le pays de France,

En regardant vers le pays de France,
Un jour m’advint, à Douvres sur la mer,
Qu’il me souvint de la douce plaisance
Que je soulais au dit pays trouver;
Si commençai de cœur à soupirer,
Combien certes que grand bien me faisoit
De voir France que mon cœur aimer doit.

Je m’avisai que c’était non savance
De tels soupirs dedans mon cœur garder,
Vu que je vois que la voie commence
De bonne paix, qui tous biens peut donner ;
Pour ce, tournai en confort mon penser ;
Mais non pourtant mon cœur ne se lassoit
De voir France que mon cœur aimer doit.

Alors chargeai en la nef d’Espérance
Tous mes souhaits, en leur priant d’aller
Outre la mer, sans faire demeurance,
Et à France de me recommander.
Or nous donn’ Dieu bonne paix sans tarder !
Adonc aurai loisir, mais qu’ainsi soit,
De voir France que mon cœur aimer doit.

Paix est trésor qu’on ne peut trop louer.
Je hais guerre, point ne la dois priser;
Destourbé m’a longtemps, soit tort ou droit,
De voir France que mon cœur aimer doit!


Je meurs de soif en cousté la fontaine

Je meurs de soif en cousté la fontaine ;

Tremblant de froid ou feu des amoureux ;

Aveugle suis, et si les autres mène;

Pauvre de sens, entre sachant l'un d'eux ;

Trop négligent, en vain souvent soigneux ;

C'est de mon fait une chose féée,

En bien et mal par Fortune menée.

Je gagne temps, et perd mainte semaine ;

Je joue et ris, quand me sens douloureux ;

Déplaisance j'ai, d'espérance plaine ;

J'attends bonne heure en regret angoisseux ;

Rien ne me plaît, et si suis désireux ;

Je m'esjoïs, et cource à ma pensée,

En bien et mal par Fortune menée.

Je parle trop, et me tais à grand peine ;

Je m'esbays, et si suis courageux ;

Tristesse tient mon confort en domaine ;

Faillir ne puis, au mains a l'un des deux ;

Bonne chère je fais quand je me deux ;

Maladie m'est en santé donnée,

En bien et mal par Fortune menée.

ENVOI

Prince, je dis que mon fait malheureux

Et mon profit aussi avantageux,

Sur un hasard j'assiérai quelque année,

En bien et mal par Fortune menée.


Rondeau 325

Au puits profond de ma mélancolie,

L’eau d’Espoir que je ne cesse de tirer,

Soif de Réconfort me la fait désirer,

Bien que souvent je la trouve tarie.

Propre je la vois, un moment, éclaircie,

Pour ensuite se troubler et empirer,

Au puits profond de ma mélancolie,

L’eau d’Espoir que je ne cesse de tirer.

J’en détrempe mon encre quand j’écris,

Mais pour mon cœur fâcher,

Fortune vient déchirer mon papier

Et jette tout, comble de félonie,

Au puits profond de ma mélancolie.


Le temps a laissé son manteau

Le temps a laissé son manteau

De vent, de froidure et de pluie,

Et s'est vêtu de broderies,

De soleil luisant, clair et beau.


Il n'y a bête ni oiseau

Qu'en son jargon ne chante ou crie :

Le temps a laissé son manteau !


Rivière, fontaine et ruisseau

Portent, en livrée jolie,

Gouttes d'argent, d'orfèvrerie,

Chacun s'habille de nouveau :

Le temps a laissé son manteau.


A sa dame

Jeune, gente, plaisant et débonnaire,

Par un prier qui vaut commandement

Chargé m'avez d'une ballade faire;

Si l'ai faite de coeur joyeusement;

Or la veuillez recevoir doucement,

Vous y verrez, s'il vous plaît à la lire,

Le mal que j'ai combien que vraiement

J'aimasse mieux de bouche le vous dire.


Votre douceur m'a su si bien attraire

Que tout vôtre je suis entièrement,

Très désirant de vous servir et plaire,

Mais je souffre maint douloureux tourment,

Quant à mon gré je ne vous vois souvent,

Et me déplaît quand me faut vous écrire,

Car se faire ce pouvait autrement,

J'aimasse mieux de bouche le vous dire.


C'est par Danger mon cruel adversaire

Qui m'a tenu en ses mains longuement,

En tous mes faits je le trouve contraire,

Et plus se rit, quand plus me voit dolent;

Se vouloye raconter pleinement

En cet écrit mon ennuyeux martyre.

Trop long serait pour ce, certainement,

J'aimasse mieux de bouche le vous dire.



Encore est vive la souris


Nouvelles ont couru en France,

Par maints lieux, que j'étais mort;

Dont avaient peu deplaisance

Aucuns qui me haïssent à tort;

Autres en ont eu déconfort,

Qui m'aiment de loyal vouloir,

Comme mes bons et vrais amis;

Si fais à toutes gens savoir

Qu'encore est vive la souris.


Je n'ai eu ni mal, ni grevance,

Dieu merci, mais suis sain et fort,

Et passe temps en espérance

Que paix, qui trop longuement dort,

S'éveillera, et par accord

A tous fera liësse avoir;

Pour ce, de Dieu soient maudits

Ceux qui sont dolents de voir

Qu'encore est vive la souris.


Jeunesse sur moi a puissance,

Mais Vieillesse fait son effort

De m'avoir en sa gouvernance;

A present faillira son sort,

Je suis assez loin de son port,

De pleurer je veux garder mon hoir;

Loué soit Dieu de Paradis,

Qui m'a donné force et pouvoir,

Qu'encore est vive la souris.


Nul ne porte pour moi le noir,

On vent meilleur marché drap gris;

Or tienne chacun, pour tout voir,

Qu'encore est vive la souris.