Test
Download document

RUTEBEUF


Que sont mes amis devenus

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est advenu

Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné, le roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul quand bise vente
Le vent me vient, le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta


La pauvreté


Au roi Louis


Je ne sais par où je commence,

Tant ai de matière abondance

Pour parler de ma pauvreté.

Par Dieu vous prie, franc roi de France,

Que me donniez quelque chevance,

Ainsi ferez grand'charité.

J'ai vécu d'argent emprunté

Que l'on m'a en crédit prêté;

Or ne trouve plus de créance,

On me sait pauvre et endetté

Mais vous hors du royaume étiez,

Où toute avais mon attendance


Grand roi, s'il advient qu'à vous faille,

(A tous ai-je failli sans faille)

Vivre me faut et suis failli.

Nul ne me tend, nul ne me baille,

Je tousse de froid, de faim bâille,

Dont je suis mort et assailli.

Je suis sans couverte et sans lit,

N'a Si pauvre jusqu'à Senlis;

Sire, ne sais quelle part j'aille.

Mon côté connaît le paillis,

Et lit de paille n'est pas lit,

Et en mon lit n'y a que paille.


Sire, je vous fais assavoîr:

Je n'ai de quoi du pain avoir.

A Paris suis entre tous biens,

Et nul n'y a qui y soit mien.

Ne me souvient de nul apôtre,

Bien sais Pater, ne sais qu'est nôtre,

Car le temps cher m'a tout ôté,

Il m'a tant vidé mon logis

Que le Credo m'est interdit,

Et n'ai plus que ce que voyez.